Gérer ses émotions

Comprendre ses émotions

Les émotions, c’est notre système d’alerte et de gestion des évènements significatifs.

Nous avons des attentes, objectifs et besoins d’un côté.

Et de l’autre, des évènements surviennent dans la réalité.

Notre système émotionnel détecte en permanence le décalage entre nos besoins psychologiques et la réalité.

Si ce que nous propose la réalité est conforme à nos besoins, alors nous aurons une émotion agréable.

Exemple : un ami m’envoie un SMS gentil, cela satisfait mon besoin de considération.

Si à l’inverse, ce que la réalité nous propose menace ou frustre nos besoins, alors nous ressentirons une émotion désagréable.

Exemple : un collègue porte un jugement sévère sur mon travail, cela menace mon besoin de compétence.

Qu’elles soient agréables ou désagréables, les émotions apportent donc des informations précieuses.

  • Les émotions agréables nous informent d’une opportunité.
  • Les émotions désagréables nous informent d’une menace.

Lorsqu’on a compris cela, on comprend qu’il est préjudiciable de se débarrasser de nos émotions désagréables sans chercher les comprendre.

Pourquoi ? Car on passe à côté d’une information centrale sur nos besoins menacés.

Or, cette information est nécessaire pour identifier comment réagir d’une manière aidante afin de retrouver un équilibre émotionnel.

La fonction de chaque émotion

Chaque émotion présente 2 caractéristiques :

  • Elle a une fonction bien particulière comme l’indique l’impulsion comportementale qu’elle génère
  • Elle a une signature bien particulière (l’émotion influence notre expérience corporelle, le contenu de nos pensées, notre posture et notre expression faciale…)

Vous allez comprendre l’utilité de chaque émotion primaire :

  • La colère sert à réaffirmer nos limites, à rétablir une situation injustice. Elle cible le responsable de notre problème, et génère de l’agressivité, ce qui nous coupe d’une empathie pour l’autre afin de réaffirmer nos besoins ou d’exprimer une limite.
  • La peur à nous protéger d’un danger, elle nous donne de l’énergie pour fuir ou affronter le danger.
  • La surprise sert à nous mettre en arrêt temporairement, car un évènement imprévu vient de se dérouler. Nous avons besoin d’évaluer s’il est positif ou négatif et de pouvoir intégrer cet évènement dans notre prévision du futur.
  • Le dégoût nous indique la présence d’un aliment ou d’une personne « mauvaise » ou « toxique » pour nous afin de le tenir à distance. Cela peut être une personne qui va à l’opposé de nos valeurs (absence d’hygiène, comportements inacceptables…)
  • La tristesse indique la dégradation ou la perte d’un lien affectif. Cela peut être avec une personne (un ami qui quitte notre ville, une rupture affective) ou avec un objet affectif (quitter un logement qu’on avait investi). Elle nous permet de réparer le lien ou d’intégrer la perte.
  • La joie indique la satisfaction d’un besoin. Elle nous donne de l’énergie et nous donne envie de voir nos proches et d’explorer de nouvelles opportunités et ressources en étant plus optimiste, créatif et motivé.

Les étapes pour gérer ses émotions

Il n’est pas toujours simple de s’ouvrir à une émotion douloureuse.

Ce qui peut aider est de se rappeler que c’est une alliée, un messager bien intentionné.

Même si la nouvelle est négative, il va être nécessaire de l’écouter.

  • La première étape pour gérer ses émotions est donc d’accueillir l’émotion, de l’identifier et de la comprendre.
  • La seconde étape est de choisir une réponse à l’émotion. (avec les 2 leviers présentés ci-dessous)

Les 2 leviers pour gérer ses émotions

Nous ne choisissons pas forcément les évènements qui nous arrivent, mais nous pouvons choisir la réponse que nous leur donnons.

L’émotion nous indique un déséquilibre entre nos attentes et la réalité.

Nous avons donc deux leviers pour gérer une émotion douloureuse et réagir à un évènement problématique.

Pour retrouver un équilibre, nous pouvons donc :

  • Agir sur la réalité externe : l’influencer qu’elle corresponde mieux à nos attentes (trouver des solutions, repérer nos marges de manœuvre, demander des conseils aux personnes ressources…)
  • Agir sur notre réalité interne : pour qu’elle puisse mieux intégrer ce que la réalité peut nous proposer (revoir nos exigences, changer la manière d’interpréter ou de percevoir l’évènement, questionner nos croyances fondamentales, réévaluer la gravité de la situation si nous avons tendance à catastrophiser…)

Développer ses compétences émotionnelles

Les compétences émotionnelles, c’est ce qui vous permet notamment de mieux comprendre, exprimer et gérer ses émotions.

Nous n’avons jamais appris ces compétences à l’école.

Pour aller plus loin, il est possible de les développer en démarrant une thérapie à Grenoble.

Nous avons écrit un livre avec les chercheurs européens spécialistes des émotions.

Il s’adresse pour les professionnels.

Article rédigé par et mis à jour le