Articles de psychologie

Les besoins psychologiques et les émotions

Tout comme bien manger et bien dormir sont la base d’une bonne santé physique, les besoins psychologiques sont les ingrédients clés pour un bon fonctionnement psychologique.

La satisfaction de ces besoins permet de maintenir un équilibre psychologique et émotionnel.

Quels sont nos besoins psychologiques ?

Il existe plusieurs théories qui tentent de décrire ces besoins.

La pyramide de Maslow

C’est la théorie la plus connue concernant les besoins psychologiques.

Elle a été développée par Abraham Maslow, célèbre psychologue humaniste.

Elle nous donne une liste de 5 besoins fondamentaux.

Elle postule qu’on met notre énergie à satisfaire un palier de besoin, lorsque les paliers de besoins précédents sont satisfaits.

Cela est juste dans certains cas, mais dans plusieurs contextes cette affirmation est contredite.

Un pompier ou un policier peuvent risquer leur vie pour sauver une personne en détresse.

On voit bien que dans ce contexte, la personne fait passer des besoins de sens, d’accomplissement ou d’estime avant des besoins primaires de survie.

Les 3 besoins psychologiques fondamentaux

Une autre théorie est celle de l’auto-détermination.

C’est une théorie qui s’ancre dans l’approche humaniste et dans le courant de la psychologique positive.

Elle postule la présence de 3 besoins :

  • Un besoin d’autonomie : gouverner sa vie, prendre ses propres décisions, avoir des espaces de choix et d’expressions personnels
  • Un besoin de compétence : se sentir efficace, compétent pour gérer les objectifs/projets/domaines importants de sa vie
  • Un besoin de lien social : se sentir connecté à des personnes importantes, appartenir à un groupe, avoir de la considération, de la reconnaissance de la part des autres…

La recherche souligne le caractère universel de ces besoins et leur importance dans de multiples cultures.

Cette théorie joue un rôle important dans mon travail de psychologue à Grenoble.

  • Le but du psychologue est d’aider la personne à se comprendre : à comprendre ses émotions et ses besoins psychologiques.
  • Et lorsqu’ils sont menacés ou remis en question par une période d’adversité, le thérapeute apporte un soutien pour faire face à la période de crise en aidant la personne à repérer ses ressources et les stratégies émotionnelles les plus aidantes.

L’effet des besoins satisfaits

Les études indiquent que la satisfaction des besoins psychologiques génère de nombreux bénéfices :

  • Une meilleure santé psychologique
  • Des formes de motivation autonomes (on fait les choses plus pour soi que par pression)
  • Une plus grande vitalité : le degré d’énergie mentale et physique dont on dispose.
  • De meilleures performances scolaires et professionnelles, plus de persévérance et d’engagement à long terme, et moins d’épuisement.

À l’inverse, des besoins frustrés et une motivation contrôlée par l’extérieur (faire des choses sous pression extérieure) a tendance à épuiser et diminuer le niveau d’énergie.

Les émotions comme indicateur de nos besoins

Les émotions ont un rôle majeur sur notre équilibre psychologique.

Que les émotions soient agréables ou désagréables, elles ont une utilité.

Leur fonction est de nous alerter et de nous aider à gérer les menaces et opportunités autour de nous.

Les émotions agréables nous indiquent qu’une opportunité est présente.

  • Autrement dit, que nos besoins psychologiques sont satisfaits ou que nous nous rapprochons de nos objectifs.
  • Elles nous donnent de l’énergie pour continuer à investir dans ces opportunités.

A l’inverse, nos émotions désagréables nous indiquent qu’une menace est présente.

  • C’est-à-dire que nos besoins psychologiques sont menacés ou frustrés et que nous nous éloignons de nos objectifs.
  • Elles nous amènent à avoir une réponse souvent stéréotypée (l’agressivité pour repousser le responsable dans la colère, la fuite dans la peur pour éviter le danger, réparer notre erreur dans la culpabilité, nous effacer dans le cas de la honte pour nous faire oublier…).

Ces réponses sont censées nous aider à gérer un type de menace bien précise.

Cela est souvent aidant, sauf dans certains contextes où la réponse se révèle contre-productive. (éviter un examen scolaire car la peur est trop importante, être agressif sous la colère peut dégrader la qualité de nos relations et amener des conséquences problématiques…)

Distinguer le besoin et le moyen

Les besoins humains sont restreints, il en existe un petit nombre.

Par contre, les moyens pour combler ses besoins sont très nombreux.

Par exemple, pour combler mon besoin de connexion sociale, je peux prendre un verre avec un ami, sortir avec ma compagne au restaurant, appeler un membre de ma famille, envoyer une carte postale etc…

Certains moyens peuvent être problématiques.

  • Par exemple, pour satisfaire mon besoin de confort émotionnel, je peux traiter les problèmes et les partager avec mes amis. Ce sont les stratégies aidantes.
  • Mais je peux aussi m’isoler, être dans le déni ou me réfugier dans les jeux vidéo. Ce qui à court terme produit un peu de confort, mais frustre durablement le besoin car les menaces ne sont pas traitées. On parle de stratégies limitantes.

La satisfaction de ces besoins

Le rôle de la personne

La personne a un rôle clef dans la satisfaction de ses besoins psychologiques.

  • Elle peut lister ses besoins psychologiques fondamentaux pour repérer ceux qui sont satisfaits et ceux qui sont frustrés ou menacés.
  • A partir de cette information, elle peut repérer ce qui est sous son contrôle pour combler ses besoins psychologiques les plus menacés.

Le rôle de l’environnement

Cependant, l’environnement joue un rôle important sur les besoins psychologiques d’une personne.

La théorie de l’auto-détermination indique que l’environnement peut faciliter la satisfaction ou la frustration de nos 3 besoins psychologiques.

Cela s’applique dans plusieurs contextes :

  • Contexte scolaire : un enseignant qui a un style d’enseignement qui facilite les 3 besoins psychologiques des élèves permet aux élèves d’être plus motivés et épanouis en classe. Les élèves passent de « je viens car c’est obligatoire » à « j’ai envie de venir pour moi ».
  • Contexte professionnel : c’est pareil pour un manager, son style peut satisfaire ou menacer les besoins de ses collaborateurs.
  • Contexte familial : le style parental peut aussi faciliter ou menacer les besoins psychologiques des enfants.

Pour cela l’enseignant, le manager, le psychologue ou le parent peut donner de :

  • L’autonomie plutôt que seulement du contrôle (possibilité de s’exprimer, de faire des choix)
  • De la reconnaissance plutôt que de la dévalorisation ou de l’humiliation (reconnaître les progrès, les compétences et capacités tout en donnant des points de progression)
  • Être accessible, disponible et humain et créer du lien et de la convivialité entre les élèves plutôt qu’être froid, distant et autoritaire.

Coaching en création d’entreprise

Créer son entreprise est une décision courageuse, elle requiert de sortir de sa zone de confort, de prendre des risques et d’aiguiser sa capacité d’adaptation.

Les premières années de la création d’une entreprise peuvent être difficiles et stressantes pour plusieurs raisons :

  • Les dépenses et les cotisations sont importantes mais les recettes sont très faibles.
  • Il y a une phase d’apprentissage dans laquelle on fait des erreurs qui nous coûtent du temps, de l’argent et de l’énergie.
  • Il faut savoir s’organiser et se discipliner pour gérer son temps de manière optimale et éviter de procrastiner.
  • Le chef d’entreprise doit maîtriser bien plus que son métier, il est vital d’acquérir rapidement d’autres compétences : commerciales, comptables, administratives… Bien faire son métier n’est pas suffisant, il doit trouver des clients, gérer sa comptabilité et connaître les démarches légales et administratives.

Lire la suite

psychologue en ligne

Psychologue en ligne

Je suis psychologue clinicien et psychothérapeute, j’exerce au sein d’un cabinet de psychologie à Grenoble et je propose également des consultations en ligne pour les personnes qui le souhaitent.

A qui s’adresse les consultations en ligne ?

La technologie informatique facilite l’accès à un accompagnement psychologique en permettant de consulter un psychologue en ligne. Lire la suite

Les fonctions de l’anxiété hétérosociale

illustration maladie d'alzheimer
Plusieurs théories cherchent à attribuer une fonction à l’anxiété sociale, la peur et la gêne que l’on peut ressentir en présence d’autres personnes. Selon eux, cette anxiété constituerait un avantage adaptatif pour l’individu et ne serait donc pas causé par des processus dysfonctionnels. La plupart de ces modèles sont issues de la psychologie évolutionniste, perspective récente qui s’appuie sur la théorie de l’évolution proposée par Darwin pour expliquer certains comportements humains actuels. Ces auteurs expliquent que si l’anxiété est perçue comme une gêne plutôt que comme un atout c’est par ce que les exigences de notre environnement actuel ne sont plus les mêmes que celles présentes au temps de nos ancêtres.
Lire la suite

troubles sexuels perte désir libido

Sexologie : la baisse du désir et de la libido

Thérapie de couple pour les troubles sexuels et la perte de libido

L’objectif de la thérapie de couple est dans un premier temps d’identifier les facteurs impliqués dans le trouble afin de trouver des solutions de manière collaborative et personnalisée. La thérapie conjugale va chercher à créer un rapprochement émotionnel et physique entre les deux personnes, elle va retravailler le scénario de l’acte sexuel pour le rendre plus excitant en remplaçant la routine ou l’aspect mécanique par de la passion et de la nouveauté, elle va également favoriser la communication dans le couple autour du sexe mais pas seulement. Le sexologue ou le thérapeute conjugal va proposer des exercices pratiques d’une séance à l’autre pour favoriser l’atteinte de ces objectifs.
Lire la suite

Comprendre la dépression

Les causes de la dépression

La dépression est souvent causée par l’existence de vulnérabilités ou de facteurs de risques à la fois :

  • Biologiques: affection médicale, déséquilibre hormonaux…
  • Psychologiques et comportementaux : tendance au pessimisme, à la rumination des évènements négatifs…
  • Sociaux  et environnementaux: facteurs de stress, perte d’emplois, divorce, décès, isolement…

Un évènement stressant peut être le déclencheur d’une dépression : la personne ressent de la tristesse, elle ne prend plus de plaisir dans les activités habituelles, elle devient pessimiste et ne se sent plus capable de mener quoi que ce soit à bien.
Lire la suite

Mieux comprendre l’anxiété hétérosociale

anxiété hétérosociale illustration
S’investir dans une relation romantique est une étape normale pour la plupart des personnes. Selon Weiss (1974), ce genre de relation est un facteur clef pour la santé mentale et le bien être des individus puisqu’elles apportent un sentiment de confort et de sécurité.

Pour parvenir à se mettre en couple, il est nécessaire de rencontrer des partenaires potentiels. Les interactions avec des partenaires potentiels permettent de satisfaire des besoins émotionnels et psychologiques tout en remplissant plusieurs fonctions sociales (Kelly & Hansen, 1987). C’est une activité importante dans le développement normal d’un individu puisqu’elle lui apporte un épanouissement personnel et l’aide à se préparer à des étapes de vie plus importantes comme le mariage.
Lire la suite

Prise en charge des troubles psychiatriques dans la démence

illustration maladie d'alzheimer

Recommendations de la Haute Autorité de Santé

Une prise en charge médicamenteuse est la réponse la plus fréquente face aux symptômes psychiatriques et comportementaux dans les démences (SPCD). Les neuroleptiques sont fréquemment utilisés pour des SPCD de nature positive, c’est-à-dire les symptômes caractérisés par un excès (hallucination, délire, agitation, agressivité…). Cependant, la Haute Autorité de Santé (HAS) (2012) rapporte que l’utilisation de neuroleptiques entraîne des effets secondaires majeurs (troubles de la marche, accidents vasculaires cérébraux, décès) et n’a pas démontré une grande efficacité (seulement 10 à 20% des patients ont vu une diminution de leurs troubles sur 12 semaines).
Lire la suite

Dépression et démence

illustration maladie d'alzheimer

Définition de la dépression

La tristesse est une émotion normale, elle se distingue cependant d’une dépression pathologique en raison de son intensité, de sa fréquence, de sa persistance et du fait qu’elle induit une souffrance personnelle ou une altération du fonctionnement social ou professionnel. La dépression est par conséquent un trouble de l’humeur qui se manifeste, selon le DSM-IV-TR (APA, 2003), par une tristesse quasi-quotidienne et persistante ou bien par une diminution marquée de l’intérêt ou du plaisir pour la plupart des activités. Ces symptômes sont associés à d’autres difficultés affectives, cognitives, somatiques et comportementales, pendant au moins deux semaines (épisode dépressif majeur).
Lire la suite

Les causes de l’anxiété hétérosociale

illustration cause anxiété hétérosociale
Les difficultés qu’on peut rencontrer en présence du sexe opposé (être mal à l’aise, ne pas savoir quoi dire, se sentir paralysé…), on appel cela les difficultés hétérosociales. Ces difficultés présentent une origine complexe et multifactorielle qui implique principalement la présence d’anxiété hétérosociale excessive et de facteurs comportementaux, cognitifs, attentionnels, physiques et motivationnels. Dans cet article, nous allons présenter les cinq modèles scientifiques qui expliquent comment se développe l’anxiété hétérosociale.

Avant de commencer la lecture de cet article, je vous invite à lire l’article suivant qui représente une bonne introduction à ce sujet : Comprendre l’anxiété hétérosociale

Apprentissage de l’anxiété

Ce modèle stipule que les difficultés hétérosociales sont causées par une anxiété apprise par l’individu (Arkowitz, et al, 1978). Il part du principe que les compétences hétérosociales sont présentes (savoir mener une conversation, savoir repérer les signes d’intérêt et de désintérêt…) et que c’est l’anxiété qui est la cause première des difficultés hétérosociales.
Lire la suite