Les besoins psychologiques et les émotions

Tout comme bien manger et bien dormir sont la base d’une bonne santé physique, les besoins psychologiques sont les ingrédients clés pour un bon fonctionnement psychologique.

La satisfaction de ces besoins permet de maintenir un équilibre psychologique et émotionnel.

Quels sont nos besoins psychologiques ?

Il existe plusieurs théories qui tentent de décrire ces besoins.

La pyramide de Maslow

C’est la théorie la plus connue concernant les besoins psychologiques.

Elle a été développée par Abraham Maslow, célèbre psychologue humaniste.

Elle nous donne une liste de 5 besoins fondamentaux.

Elle postule qu’on met notre énergie à satisfaire un palier de besoin, lorsque les paliers de besoins précédents sont satisfaits.

Cela est juste dans certains cas, mais dans plusieurs contextes cette affirmation est contredite.

Un pompier ou un policier peuvent risquer leur vie pour sauver une personne en détresse.

On voit bien que dans ce contexte, la personne fait passer des besoins de sens, d’accomplissement ou d’estime avant des besoins primaires de survie.

Les 3 besoins psychologiques fondamentaux

Une autre théorie est celle de l’auto-détermination.

C’est une théorie qui s’ancre dans l’approche humaniste et dans le courant de la psychologique positive.

Elle postule la présence de 3 besoins :

  • Un besoin d’autonomie : gouverner sa vie, prendre ses propres décisions, avoir des espaces de choix et d’expressions personnels
  • Un besoin de compétence : se sentir efficace, compétent pour gérer les objectifs/projets/domaines importants de sa vie
  • Un besoin de lien social : se sentir connecté à des personnes importantes, appartenir à un groupe, avoir de la considération, de la reconnaissance de la part des autres…

La recherche souligne le caractère universel de ces besoins et leur importance dans de multiples cultures.

Cette théorie joue un rôle important dans mon travail de psychologue à Grenoble.

  • Le but du psychologue est d’aider la personne à se comprendre : à comprendre ses émotions et ses besoins psychologiques.
  • Et lorsqu’ils sont menacés ou remis en question par une période d’adversité, le thérapeute apporte un soutien pour faire face à la période de crise en aidant la personne à repérer ses ressources et les stratégies émotionnelles les plus aidantes.

L’effet des besoins satisfaits

Les études indiquent que la satisfaction des besoins psychologiques génère de nombreux bénéfices :

  • Une meilleure santé psychologique
  • Des formes de motivation autonomes (on fait les choses plus pour soi que par pression)
  • Une plus grande vitalité : le degré d’énergie mentale et physique dont on dispose.
  • De meilleures performances scolaires et professionnelles, plus de persévérance et d’engagement à long terme, et moins d’épuisement.

À l’inverse, des besoins frustrés et une motivation contrôlée par l’extérieur (faire des choses sous pression extérieure) a tendance à épuiser et diminuer le niveau d’énergie.

Les émotions comme indicateur de nos besoins

Les émotions ont un rôle majeur sur notre équilibre psychologique.

Que les émotions soient agréables ou désagréables, elles ont une utilité.

Leur fonction est de nous alerter et de nous aider à gérer les menaces et opportunités autour de nous.

Les émotions agréables nous indiquent qu’une opportunité est présente.

  • Autrement dit, que nos besoins psychologiques sont satisfaits ou que nous nous rapprochons de nos objectifs.
  • Elles nous donnent de l’énergie pour continuer à investir dans ces opportunités.

A l’inverse, nos émotions désagréables nous indiquent qu’une menace est présente.

  • C’est-à-dire que nos besoins psychologiques sont menacés ou frustrés et que nous nous éloignons de nos objectifs.
  • Elles nous amènent à avoir une réponse souvent stéréotypée (l’agressivité pour repousser le responsable dans la colère, la fuite dans la peur pour éviter le danger, réparer notre erreur dans la culpabilité, nous effacer dans le cas de la honte pour nous faire oublier…).

Ces réponses sont censées nous aider à gérer un type de menace bien précise.

Cela est souvent aidant, sauf dans certains contextes où la réponse se révèle contre-productive. (éviter un examen scolaire car la peur est trop importante, être agressif sous la colère peut dégrader la qualité de nos relations et amener des conséquences problématiques…)

Distinguer le besoin et le moyen

Les besoins humains sont restreints, il en existe un petit nombre.

Par contre, les moyens pour combler ses besoins sont très nombreux.

Par exemple, pour combler mon besoin de connexion sociale, je peux prendre un verre avec un ami, sortir avec ma compagne au restaurant, appeler un membre de ma famille, envoyer une carte postale etc…

Certains moyens peuvent être problématiques.

  • Par exemple, pour satisfaire mon besoin de confort émotionnel, je peux traiter les problèmes et les partager avec mes amis. Ce sont les stratégies aidantes.
  • Mais je peux aussi m’isoler, être dans le déni ou me réfugier dans les jeux vidéo. Ce qui à court terme produit un peu de confort, mais frustre durablement le besoin car les menaces ne sont pas traitées. On parle de stratégies limitantes.

La satisfaction de ces besoins

Le rôle de la personne

La personne a un rôle clef dans la satisfaction de ses besoins psychologiques.

  • Elle peut lister ses besoins psychologiques fondamentaux pour repérer ceux qui sont satisfaits et ceux qui sont frustrés ou menacés.
  • A partir de cette information, elle peut repérer ce qui est sous son contrôle pour combler ses besoins psychologiques les plus menacés.

Le rôle de l’environnement

Cependant, l’environnement joue un rôle important sur les besoins psychologiques d’une personne.

La théorie de l’auto-détermination indique que l’environnement peut faciliter la satisfaction ou la frustration de nos 3 besoins psychologiques.

Cela s’applique dans plusieurs contextes :

  • Contexte scolaire : un enseignant qui a un style d’enseignement qui facilite les 3 besoins psychologiques des élèves permet aux élèves d’être plus motivés et épanouis en classe. Les élèves passent de « je viens car c’est obligatoire » à « j’ai envie de venir pour moi ».
  • Contexte professionnel : c’est pareil pour un manager, son style peut satisfaire ou menacer les besoins de ses collaborateurs.
  • Contexte familial : le style parental peut aussi faciliter ou menacer les besoins psychologiques des enfants.

Pour cela l’enseignant, le manager, le psychologue ou le parent peut donner de :

  • L’autonomie plutôt que seulement du contrôle (possibilité de s’exprimer, de faire des choix)
  • De la reconnaissance plutôt que de la dévalorisation ou de l’humiliation (reconnaître les progrès, les compétences et capacités tout en donnant des points de progression)
  • Être accessible, disponible et humain et créer du lien et de la convivialité entre les élèves plutôt qu’être froid, distant et autoritaire.
Article rédigé par et mis à jour le