troubles sexuels perte désir libido

Sexologie : la baisse du désir et de la libido

Thérapie de couple pour les troubles sexuels et la perte de libido

L’objectif de la thérapie de couple est dans un premier temps d’identifier les facteurs impliqués dans le trouble afin de trouver des solutions de manière collaborative et personnalisée. La thérapie conjugale va chercher à créer un rapprochement émotionnel et physique entre les deux personnes, elle va retravailler le scénario de l’acte sexuel pour le rendre plus excitant en remplaçant la routine ou l’aspect mécanique par de la passion et de la nouveauté, elle va également favoriser la communication dans le couple autour du sexe mais pas seulement. Le sexologue ou le thérapeute conjugal va proposer des exercices pratiques d’une séance à l’autre pour favoriser l’atteinte de ces objectifs.

Thérapie conjugale à Grenoble

Souvent les personnes ont la croyance que les troubles sexuels vont disparaître spontanément, c’est pourquoi elles attendent plusieurs mois ou années avant de consulter quand vraiment le couple risque d’exploser. Or cela laisse aux troubles sexuels l’occasion de s’enraciner et ils sont devenus tellement habituels que le couple a du se réorganiser autour d’eux.

Il est donc recommander de consulter un psychologue, un thérapeute conjugal ou bien un sexologue pour évaluer les difficultés que vous rencontrez, cerner les facteurs qui causent ou aggravent le trouble et trouver une solution. Il est important d’impliquer les deux personnes dans la thérapie car comme on l’a vu, le trouble vient rarement d’une seule personne et les facteurs relationnels sont souvent présents.

Je reçois en consultation pour les problèmes de couple liés à des difficultés sexuelles sur Grenoble. J’exerce comme psychologue et psychothérapeute au centre ville de Grenoble : pour prendre rendez-vous, vous pouvez me contacter par téléphone au 06 51 31 68 31 du lundi au samedi, de 9h à 20h.

Le sexologue s’intéresse aux troubles sexuels tels que la diminution ou perte de libido, l’impuissance, l’éjaculation précoce, l’anorgasmie… Parmi toutes ces difficultés sexuelles, une des demandes les plus fréquentes concerne la baisse de désir ou de libido dans un couple. Ce trouble touche principalement les femmes : 24 à 43% des femmes sont concernées et c’est la première cause de consultation.

Ce qui motive le plus les personnes à consulter ce sont les répercussions que cela peut avoir sur le couple (conflits, frustration, risque de rupture…).

Les causes de la perte de désir sexuel

Il est difficile d’isoler une seule cause simple dans les troubles sexuels. Au contraire, il y a souvent plusieurs causes qui agissent à différents niveaux :

  1. Les causes biologiques ou médicales
  2. Les causes psychologiques
  3. Les causes relationnelles ou conjugales

Il est également difficile de dire que c’est de la faute d’une personne en particulier dans le couple, notamment celle qui porte le trouble. La façon qu’à le couple de communiquer ou de gérer les rapports sexuels est un facteur qui est souvent impliqué dans les troubles sexuels, or chacun des deux conjoints en est responsable, même s’il n’y a qu’une personne qui exprime le trouble.

Les causes biologiques ou médicales

La première chose à faire est d’éliminer les causes médicales ou biologiques qui pourraient expliquer la perte de désir sexuel. Il s’agit notamment des traitements médicamenteux (antidépresseur, pilule contraceptive etc…), d’un déséquilibre hormonal ou d’autres affections médicales.

Les causes psychologiques

Parmi les facteurs psychologiques impliqués dans la perte de libido, on peut citer les suivants :

  • Rituel d’initiation des rapports sexuels mécanique et routinier
  • Émotions négatives : dépression, anxiété ou stress, culpabilité, honte, colère…
  • Difficultés ou soucis personnels, familiaux ou professionnels : ils envahissent l’esprit et diminue l’appétit sexuel
  • Épuisement : fatigue, troubles du sommeil, souffrance personnelle
  • Imaginaire érotique absent ou culpabilisant
  • Expériences sexuelles négatives (douleur répétées, agressions, viols)
  • Estime de soi ou estime corporelle négative : ne pas se sentir à l’aise avec soi même ou son corps peut amener la personne à éviter les actes sexuels
  • Éducation rigide ou bien valeur morale empêchant les rapports sexuels
  • Peur de montrer une mauvaise performance sexuelle, peur de l’échec, peur de mal faire
  • Croyances ou représentations dysfonctionnelles sur comment devrait être la sexualité, sur comment doit être un homme ou une femme
  • Expérience psychologique des rapports sexuels non excitante (l’attention est occupé par des soucis ou inquiétudes et ne peut pas se focaliser sur des éléments érotiques et excitants, difficulté de se concentrer sur ses sensations de plaisir, pensées automatiques négatives, auto-critiques, monologue intérieur négatif…)

Les causes relationnelles ou conjugales

Enfin, les facteurs relationnels sont liés à la communication et aux interactions dans le couple :

  • La présence de conflits conjugaux répétés ou persistants et potentiellement générateurs d’émotions négatives (colère, jalousie, anxiété, tristesse, culpabilité)
  • Distance physique et émotionnelle (peu de proximité physique, peu de complicité, peu d’intimité)
  • Contexte toujours stressant ou perturbant qui empêche d’avoir un temps de disponibilité pour se retrouver et facilité une intimité
  • Conjoint qui fait des critiques, des reproches ou qui a de hautes exigences : la personne ne se sent plus à la hauteur, elle a peur de ne pas plaire ou de mal faire

 

 

Article rédigé par et mis à jour le