Mieux comprendre l’anxiété hétérosociale

anxiété hétérosociale illustration
S’investir dans une relation romantique est une étape normale pour la plupart des personnes. Selon Weiss (1974), ce genre de relation est un facteur clef pour la santé mentale et le bien être des individus puisqu’elles apportent un sentiment de confort et de sécurité.

Pour parvenir à se mettre en couple, il est nécessaire de rencontrer des partenaires potentiels. Les interactions avec des partenaires potentiels permettent de satisfaire des besoins émotionnels et psychologiques tout en remplissant plusieurs fonctions sociales (Kelly & Hansen, 1987). C’est une activité importante dans le développement normal d’un individu puisqu’elle lui apporte un épanouissement personnel et l’aide à se préparer à des étapes de vie plus importantes comme le mariage.

Certains individus rencontrent cependant de grandes difficultés à interagir correctement avec les personnes de sexe opposé ; le rejet et les échecs répétés peuvent alors générer une importante souffrance.

Les difficultés hétérosociales

Nous faisons le choix d’utiliser le terme global de difficultés hétérosociales pour décrire « l’insatisfaction d’une personne concernant sa façon d’interagir avec les personnes de sexe opposé et les résultats qui en découlent ». Cette définition prend en compte l’écart entre les buts de la personne et la réalité. Cela inscrit la notion de difficultés dans une dimension subjective et exclut ainsi les personnes qui n’ont pas de rendez-vous galants pour des raisons idéologiques ou religieuses.

L’anxiété hétérosociale

Nous avons conscience que si l’anxiété peut être une cause des difficultés hétérosociales, elle n’est pas la seule, c’est pourquoi nous faisons une distinction entre ces deux concepts. Nous définissions l’anxiété hétérosociale comme la présence d’un sentiment de détresse et d’inquiétudes souvent associés à un comportement d’inhibition ou d’évitement concernant les membres du sexe opposé. Notre définition est en accord avec celle proposée par Leary et Dobbins (1983) « l’anxiété survenant en présence ou en anticipation d’interactions avec des personnes de sexe opposé ». Simplement, la nôtre se veut plus précise en mettant en avant les trois manifestations principales de l’anxiété : au niveau comportemental (inhibition, évitement), affectif (détresse) et cognitif (inquiétudes). Nous préférons ce terme à celui « d’anxiété en présence de partenaires romantiques potentiels » (dating anxiety), car nous estimons que l’anxiété en présence de personnes de sexe opposé ne concerne pas seulement les relations intimes et sexuelles potentielles. En effet, elle peut se manifester également pour des relations romantiques déjà établies ou pour des relations amicales.

Risques associés aux difficultés hétérosociales

La présence de difficultés hétérosociales est corrélée à d’autres difficultés psychologiques et sociales comme la dépression, l’alcoolisme, les troubles sexuels, le retrait social (Dodge, Heimberg, Nyman & O’Brien, 1987; Nangle & Hansen, 1993), la tristesse (Gilmartin, 1987), le sentiment de solitude (Jones, Hobbs & Hockenbury, 1986) et des difficultés globales d’adaptations.

Enfin, Glickman et La Greca (2004) ajoutent que les difficultés hétérosociales peuvent interférer avec le développement normal des comportements de rencontres et retarder ainsi le développement de relations intimes. Il existe alors un risque d’affecter négativement la transition de l’adolescence vers l’âge adulte.

Anxiété sociale et anxiété hétérosociale

Le concept d’anxiété sociale est très proche du concept d’anxiété hétérosociale, il est dès lors nécessaire de savoir si l’existence de ce construit se justifie. Glickman et La Greca (2004) suggèrent que c’est le cas puisque la recherche d’intimité émotionnelle ou sexuelle est susceptible de générer plus d’anxiété que des situations classiques. Ces auteurs ajoutent que d’autres facteurs jouent un rôle plus saillant dans ce type particulier d’anxiété, comme l’apparence physique puisqu’elle représente un critère de sélection du partenaire romantique. En outre, distinguer ces deux concepts permet une évaluation plus fine du profil anxieux de la personne.

Vous pouvez approfondir le sujet de l’anxiété hétérosociale avec les articles suivants :

Bibliographie

Dodge, C. S., Heimberg, R. G., Nyman, D., & O’Brien, G. T. (1987). Daily heterosocial interactions of high and low socially anxious college students: A diary study. Behavior Therapy, 18, 90–96.

Glickman, A.L., & La Greca, A. M. (2004). The Dating Anxiety Scale for Adolescents: scale development and associations with adolescent functioning. Journal of Clinical Child and Adolescent Psychology, 33, 566–578.

Jones, W. H., Hobbs, S. A., & Hockenbury, D. (1982). Loneliness and social skills deficits. Journal of Personality and Social Psychology, 42, 682–689.

Kelly, J.A., & Hansen, D.J. (1987). Social interactions and adjustment. In V.B. Van Hassett & M. Hersen (Eds.), Handbook of adolescent psychology (pp. 131-146). New York, NY: Permagon Press.

Leary, M.R., & Dobbins, S.E. (1983). Social anxiety, sexual behavior, and contraceptive use. Journal of Personality and Social Psychology, 45, 1346-1354.

Gilmartin, B. (1987). Peer group antecedents of severe love-shyness in males. Journal of Personality, 55, 467-489.

Nangle, D. W., & Hansen, D. J. (1993). Relations between social skills and high-risk sexual interactions among adolescents: Current issues and future directions. Behavior Modification, 17, 113–135.

Weiss, R.S. (1974). The provisions of social relationships. In Z. Rubin, (Ed.), Doing Unto Others. Englewood Cliffs, NJ: Prentice Hall.

Article rédigé par et mis à jour le